Calendrier

La vie des classes
La vie de l'école
Beaune et son histoire
Divers
Le coin des parents
Recherche




Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Archives

crayons.gif9 Pratique - Nouvelle orthographe réforme de 1990

Voici un rappel succinct des nouvelles règles d'orthographe française datant de 1990. Ces règles tolèrent l'ancienne orthographe.


1. Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d’union.

Ex. : vingt-et-un, deux-cents, trente-et-unième

N.B. On distingue ainsi quarante-et-un tiers (41/3) de quarante et un tiers (40 + 1/3),


2. Dans les noms composés du type pèse-lettre (verbe + nom) ou sans-abri (préposition + nom), le second élément prend la marque du pluriel seulement et toujours lorsque le mot est au pluriel.

 Ex. : un compte-goutte, des compte-gouttes ; un après-midi, des après-midis

N.B. La règle ne concerne pas      les quelques composés dont le second élément contient un article      (ex. : trompe-l'œil) ou commence par      une majuscule (ex. : prie-Dieu).

 

3. On emploie l’accent grave (plutôt que l’accent aigu) dans un certain nombre de mots (pour régulariser leur orthographe), et au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder.

 Ex. : évènement, règlementaire, je cèderai, ils règleraient

 

4. L’accent circonflexe disparait sur i et u. On le maintient néanmoins dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif et dans cinq cas d’ambigüité.

 Ex. : cout ; entrainer, nous entrainons ; paraitre, il parait

Sauf pour éviter les confusions : Il est sûr de lui. Il est sur le mur. Le fruit est mûr.


5. Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent sur le modèle de peler ou de acheter. Les dérivés en -ment suivent les verbes correspondants. Font exception à cette règle appeler, jeter et leurs composés (y compris interpeler).

 Ex. : j’amoncèle, amoncèlement, tu époussèteras

 

6. Les mots empruntés forment leur pluriel de la même manière que les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s’appliquent aux mots français.

 Ex. : des matchs, des miss, révolver

 

7. La soudure s’impose dans un certain nombre de mots, en particulier dans les mots composés de contr(e)- et entr(e)-, dans les mots composés de extra-, infra-, intra-, ultra-, dans les mots composés avec des éléments « savants » et dans les onomatopées et dans les mots d’origine étrangère.

 Ex. : contrappel, entretemps, extraterrestre, tictac, weekend, portemonnaie

 

8. Les mots anciennement en -olle et les verbes anciennement en -otter s’écrivent avec une consonne simple. Les dérivés du verbe ont aussi une consonne simple. Font exception à cette règle colle, folle, molle et les mots de la même famille qu’un nom en -otte (comme botter, de botte).

Ex. : corole ; frisoter, frisotis

 

9. Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots.

Ex. : aigüe, ambigüe ; ambigüité ; argüer

N.B. Afin de corriger des prononciations      jugées défectueuses, le tréma est ajouté dans quelques mots      (ex. : argüer, gageüre,      rongeüre).


10. Enfin, certaines anomalies sont supprimées.

Ex. : asséner, assoir, charriot, joailler, relai...



Date de création : 11/11/2016 @ 23h11
Dernière modification : 11/11/2016 @ 23h12
Catégorie : 9 Pratique
Page lue 349 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

^ Haut ^

Site déclaré à la CNIL sous le n° 1153471


  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL